Ma rentrée 2018

Pour changer un peu, je vous propose aujourd'hui le récit de ma première heure de classe de l'année. ça rassurera peut-être certains collègues ?

Pour rappel, j'ai une classe de TPS-PS-MS pour cette année 2018-2019. Je travaille à 75% et c'est donc une autre collègue qui est dans la classe tous les lundis à ma place.

 

Hier j'ai fait ma rentrée des classes.

C'était le deuxième jour de mes élèves qui m'avaient déjà vue ainsi que ma "complément", l'atsem de ma classe et l'avs qui accompagnera un des enfants quelques heures par semaine. Pour le premier jour, les plus petits étaient restés avec leurs parents jusqu'à 10h seulement.
Il était prévu encore une matinée raccourcie pour eux mais cette fois sans parents ! Les autres enfants eux étaient attendus dès 8h20 et jusqu'à midi minimum.

7h40 : après un peu de tram et de marche, me voilà dans la classe. Elle n'est pas aussi rangée que je l'espérais. Ma complément n'a pas du avoir le temps de repasser derrière les enfants après la classe.
Je range. J'installe sur les tables de grandes feuilles et des crayons de couleurs, des puzzles simples à encadrement, de petits jeux de motricité, des briques de construction.
Je pars mettre mon repas au frigo avant d'oublier et qu'il se réchauffe. Au retour, j'essaye de dompter la photocopieuse. Avec un coup de massicot, je réussis à avoir 25 coloriages de septembre. En revenant de ma classe, je me demande si c'était pertinent d'en prévoir pour les tps... bah on verra !
Je vois F. "Mon"atsem. On discute de tout et de rien, du programme de la matinée. Elle m'apprend que K. ne viendra qu'à partir d'octobre d'après la directrice. J'éclaircierai cette histoire quand elle sera disponible entre son bureau de directrice et sa classe...
Je refais le point dans les cahiers de liaison et fiches de renseignements qui sont déjà revenues hier après-midi. Il manque des signatures. Je repose un cahier sur un porte-manteau en espérant que les parents comprennent.
Et c'est rapidement l'heure d'arrivée des enfants.
Que les réjouissances commencent !

La plupart des ps et ms qui sont déjà venus l'année dernière viennent avec le sourire et laissent papa ou maman sans problème.
M. qui n'était pas là hier reste dans les jambes de sa maman. Mais après discussion et quelques larmes, elle prend vite ses marques.
Ce n'est pas la même chose pour Z. qui a un gros chagrin. Nous invitons la maman à rester un peu avec nous en classe, aller jouer avec son fils.
Ol., N., H., A., M. Et L. sans trop de difficultés. Le papa de Ol me redemande à quelle heure il doit venir le chercher, le tout en anglais car je ne parle ni nigérian, ni italien, et lui ne sait pas encore trop bredouiller le français. Il me répète bien "at ten okay !" Net days at twelve ? Okay !". Je suis rassurée de voir que mes 5 ans d'anglais me servent finalement à former de jolies phrases sujet-verbe-complément. Trop fière.
La maman d'Ah. me demande pourquoi elle a le cahier au porte-manteau... Je lui montre le mot non signé et le reste.
La maman de Z. m'interpelle pour savoir comment on fait. Je lui dis de me faire signe quand elle pense qu'elle peut partir, qu'elle doit bien lui dire qu'elle part et qu'elle reviendra.
Pour les autres parents de TPS-PS, la communication se fait à peu près en français à chaque fois. Certains sont pressés de savoir quand leur enfant pourra venir à la journée complète. Je les rassure avec un grand sourire :si tout va bien aujourd'hui, ça sera la matinée complète jeudi. Ensuite on verra selon les enfants et les situations familiales. Quand on a le choix, c'est bien d'y aller progressivement, non ?
La maman de Am. me tend un billet de 10€ à son arrivée en classe pour la coopérative. Je lui explique ne pas pouvoir lui rendre la monnaie tout de suite et je met le billet dans ma poche en attendant pour ne pas le perdre. Elle s'excuse à son tour de ne pas avoir pu apporter le reste et m'assure rapporter cahier, fiche, mouchoirs et cie jeudi. Les bons comptes... Elle est pressés de déposer son fils en tout cas, qui a le sourire ce matin contrairement à la veille où il avait fait une crise pour aller avec son ancienne maitresse.
As. et My. me suivent au gré de mes déplacements dans la classe. Les parents de Ma. partent de la classe pendant qu'il joue aux voitures à côté d'autres enfant.
La maman de Z nous fait signe. C est le moment opportun. Z. s'accroche à mon atsem et je fais un grand sourire à sa maman en lui rappelant de bien venir pour 10h.
Ad. arrivé comme une bombe et commence à sortir tous les jeux des étagères. Il part bouder quand je lui dis non. Je vérifie au passage qu'il ne porte pas de couche. Hier sa maman lui en avait laissé une "au cas où".
Z. reniflant est bien calé entre les seins de F. Il continue a pleurer mais sans faire trop de bruit. N. Est assis depuis tout à l'heure à la table des Duplo mais il ne bouge pas. Dort-il les yeux ouverts ?
La maman d'O. passe la tête à la porte, mais O. n'est pas là. "Ah bon, c'était pas à 10h aujourd'hui ?" ... on se met d'accord pour qu'il ne revienne que jeudi à 8h20 du coup.
Ad. revient vider les étagères. Cette fois il part vers la porte quand je lui opposé un refus. Après une rapide pseudo discussion, il retourne jouer. Enfin déplacer les jeux... j'avais oublié que les tps faisaient cela aussi.
Ol. semble un peu perdu. Je n'ai pas encore entendu le son de sa voix. C est pareil pour As. d'ailleurs.
N. est toujours assis sur sa chaise. Il ne dort pas, mais pas sur qu'il comprenne ce qu'il fait ici. Il regarde Z. et des larmes commencent à couler.
F. commence à faire passer les plus jeunes aux toilettes pour éviter les pipis-culottes.
Ça hurle dans le couloir... mes collègues ont visiblement moins de chance que moi aujourd'hui.
Am. et C. se sont bien trouvés. Ils se courent après dans la classe, font les fous dans ce qui devrait être l'espace calme de la classe. L'Avs n'est pas là ce matin. Elle ne sera présenté que le lundi matin et le vendredi après-midi pour aider Am. à se poser et se concentrer. Il faudra penser à séparer le plus souvent C. car elle se laisse emporter par son copain.
Ay. Et L. se disputent à la dînette. Ils veulent tous les deux etre assis sur le tabouret. Je leur explique que le tabouret ne leur appartient pas contrairement à ce qu'ils semblent penser.
Tiens j'ai de la morve sur mon épaule. Ça doit être à force de porter Z. en relais de F.
Dès que je m'assois quelque part, j'ai un groupe d'enfants qui vient me coller. As, Ol et Z bien sûr... L. décide de me coiffer avec la brosse des poupées. Quelle chance !
N. a mis sa main sur son entrejambe, je fais signe à F. pour commencer un passage aux toilettes.
Mar. vient me voir pour me demander pourquoi Z. pleure toujours. En fait il connaît la réponse : "c'est parce qu'il veut sa maman". Il m'assure être un grand, lui, car il ne pleure pas. Ou peut-être est-ce l'inverse ? Ay. arrête de se disputer avec L. pour me dire que lui aussi il est grand. Je n'en doute pas une seconde.

Ils ne sont que 19 ce matin. Ami. n'est pas venue contrairement à hier. Il nous manque aussi 3 tps et 1 ps dont on n'a aucune nouvelle.
Il est 9h10. On va préparer la table de peinture et commencer les premiers ateliers de l'année sans passer par la case regroupement.

Bilan de fin de matinée :
La plupart des enfants passeront avec l'atsem tapoter de la gouache pour faire un fond marin.
Z. arrêtera de pleurer à l'arrivée de sa maman à 10h.
Ma. l'aura accompagné pendant la derniere demi-heure quand il se sera aperçu de l'absence de ses parents après avoir joué pendant 3/4 d'heure avec les voitures.
Ad. fera un caprice à son père pour repartir de l'école.

Le papa d'Ol. ne viendra pas à 10h comme prévu. La maman se confondra en excuses à midi en m'expliquant in english qu'elle n'a pas eu son message. Heureusement le petit père ne pleurait pas lui... Et il a fait un joli coloriage de septembre par imitation des plus grands. ça devrait bien se passer pour lui une fois qu'il comprendra un peu le français.

L'après-midi nous caffouillerons un peu avec les collègues sur qui va à la sieste, qui est en classe, etc. Nous déciderons de vider une pièce fourre-tout dès le soir pour pouvoir accueillir dans de meilleurs conditions les élèves revenant à 14h05 après le repas à la maison. J'aurai pu voir ensuite les MS en presque-individuel pour les évaluer sur leurs compétences en mathématiques : dénombrer, constituer une collection, réciter la comptine numérique... A l'heure de la sortie, nous pesterons avec mes collègues sur les nombreux retards de parents qui n'ont pas encore enregistrés les nouveaux horaires et le fonctionnement de la garderie. Pendant notre déménagement de meubles, une collègue attendra encore un papa d'élève...

Le soir, après avoir profité de mon fils de presque 2 ans et demi et qui parle mieux que la grande majorité de mes élèves, je m'endormirai à 21h45 devant une bêtise télévisuelle avant que mon fiancé ne me pousse à aller au lit.

Allez demain c'est tout le monde de 8h20 à 12h ! (Sauf les chouinchouins dont les parents peuvent prolonger l'accueil échelonné).

Marie, maitresse en maternelle

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 05/09/2018

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×